Bruxelles mobilité, le règne de l’unilatéralité

1150
Bruxelles: Good Move, la mobilité dictatoriale
Bruxelles: Good Move, la mobilité dictatoriale

Le 11 mars dernier, des centaines de représentants des usagers de la route se sont rassemblés à Bruxelles dans le but d’être enfin entendus de la ministre bruxelloise de la mobilité. Cette demande de concertation restée sans suite marque une étape de plus dans la fuite en avant des autorités bruxelloises vers une politique de mobilité dictatoriale.

A Bruxelles, le sens de la circulation s’impose par le haut, de façon unilatérale, pour ne pas dire décrétale. La ministre en charge de cette matière, Elke Van den Brandt, issue de la famille écologiste, celle  qui  a fait de la « participation citoyenne » son fond de commerce électoral, n’a pourtant cure des revendications des usagers de la route soumis à ses diktats. Ce sens très restreint de la participation, étendu aux seuls individus en phase avec les croyances d’un autre âge de la ministre, ne surprendra pas vraiment ceux qui avaient été choqués par la confiscation, pour ne pas dire le trucage, des sondages, dont un de La Libre, par les radicaux de l’écologie en juin dernier .   

Lassés de devoir subir les conséquences catastrophiques d’un plan de mobilité décidé à l’emporte-pièces et imposé par quelques ayatollahs de la décroissance partis en croisade contre la voiture, et le moteur thermique en particulier, des représentants du mouvement Mauto Défense / « L’automobiliste en a marre » sont venus ce 11 mars exprimer en nombre leur volonté d’être entendus des autorités. Plusieurs centaines de véhicules,  deux roues comme quatre-roues, véhicules privés ou taxis, ont fait vrombir leurs moteurs face à la gare du Nord avant de rejoindre en cortège le boulevard du Régent face aux locaux de la ministre.

Good Move : en marche vers la dictature de l’immobilité

Parmi les mesures les plus contestées, on retiendra la zone 30km/h, la suppression de 65.000 places de stationnement, l’étendue de la zone piétonne et la taxe de circulation. Il ne s’agit pas d’une opposition de principe dans le chef des manifestants, qui après avoir quitté leur voiture ou leur moto reconnaissent avoir aussi une vie en tant que piéton ou que cycliste, mais bien d’une volonté d’ouvrir u dialogue avec les autorités afin que ces mesures soient efficaces et adaptées au réel au lieu d’être simplement et bêtement punitives.

Au passage, on notera que cette manifestation-ci que ses organisateurs avaient nommément placée sous le signe de la concertation s’est déroulée de façon pacifique et organisée, qu’aucun manifestant n’a eu à se plaindre d’une quelconque « violence policière » et qu’aucun policier n’a été blessé. Voilà qui tranche avec les scènes de saccage auxquelles nous avaient habitués la plupart des manifestations qui se sont déroulées dans le centre de Bruxelles ces derniers mois.

Une invitation au dialogue que al ministre de la mobilité a préféré ignorer

Aussi autiste que la papesse de l’environnement, Greta Thunberg, la ministre a refusé d’entamer de véritables discussions avec les représentants des manifestants, se contentant du minimum syndical, à savoir remettre la question plus tard. Murée dans son attitude, Elke Van den Brandt a rejeté la proposition de rencontrer Lucien Beckers, fer de lance du mouvement “L’automobiliste en marre” qui compte désormais pas loin de 40.000 adhérents. En face, les modestes 4320 voix de la ministre apportent une touche de surréalisme, si caractéristique de la Belgique…

Un participant à la manifestation du 11 mars organisée par Mauto Défense

Nous demandions d’être enfin écoutés. Raté!”, conclut, déçu, Lucien Beckers. En l’absence de prise en compte de leurs revendications, les automobilistes, les chauffeurs de taxi, les personnes à mobilité réduite interdites d’accès dans les zones piétonnes décidées par la ministre n’ont d’autre choix que de poursuivre leur bras de fer. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

« A bon entendeur.se… »,  comme l’écriraient les adeptes de la participation citoyenne !

T.H