ZONE 30: Mauto Défense donne la parole aux usagers

1676
Zone 30km/h limitation de vitesse
Zone 30km/h limitation de vitesse, Image par Doris Metternich de Pixabay zone 30


En son temps, comme la loi l’y obligeait, la Région bruxelloise a sondé sa population – de façon fort confidentielle puisque seules 8000 réponses sont revenues- sur le plan baptisé de façon très péremptoire “Good Move”. Aujourd’hui, l’asbl Mauto Défense propose aux usagers de la route d’exprimer jusqu’au 15 mai leur avis dans une enquête en ligne relative la généralisation de la zone 30/km dans les 19 communes. 

Autant dire que ce sondage est capital pour remettre l’usager au coeur du dispositif d’une mobilité bruxelloise qui semble faire beaucoup de mécontents. L’écologie politique prétend faire de la participation du citoyen un axe majeur de son processus décisionnel? Raison de plus pour participer et donner du poids à votre avis dans le cadre d’un sondage qui donnera aux autorités politiques un feedback sur les choix adoptés en matière de mobilité. 

Pour faciliter l’exercice effectif de la participation citoyenne, B-Mag a choisi d’offrir un espace d’expression à Lucien Beckers, Président de Mauto Défense, pour sensibiliser à l’importance de la participation au sondage qui se clôturera le 15 mai prochain. 

L’ASBL Mauto Défense a mis en ligne une enquête sur le 30km/h généralisé en région de Bruxelles-Capitale. Pourquoi est-il primordial d’y participer ?

Cette mesure, fait partie du plan « Good Move » instauré par l’exécutif bruxellois. 

Ce gouvernement prétend urbi et orbi, que ce programme a été largement plébiscité par les habitants de la capitale, ce qui est totalement faux ! En effet, seuls 8.000 usagers ont donné leur avis via une « enquête » très confidentielle, publiée en partie en pleine période de vacances. 

Et lorsque l’on interroge les bruxellois, on s’aperçoit vite que près de 70% d’entre eux, n’ont jamais entendu parler de « Good Move » ! 

Par ailleurs, cette enquête, qui semble être la justification ultime à l’imposition de mesures anti-voitures, a été vertement critiquée par Inter-Environnement Bruxelles, qui dit en substance :

«  ….la forme de consultation proposée en ligne ne permet pas, selon nous, d’apporter un regard global sur le projet de plan. Le questionnaire proposé sur le site de l’enquête publique, qui s’ouvre sur une série de questions extrêmement consensuelles, est peu à même de favoriser un véritable débat de fond. Inciter la population à se prononcer sur des évidences présente peu d’intérêt, et semble peu conforme à la visée de « co-construction » qui a présidé à l’élaboration de Good Move ».

Lorsque la ministre régionale de la mobilité tente de justifier l’imposition du 30km/h partout et à tous, elle met en avant deux arguments qu’elle estime incontestables :

  1. L’amélioration de la sécurité routière. Elle affirme que rouler à 30km/h sauvera des vies et permettra à terme (?) d’éradiquer définitivement les accidents mortels à Bruxelles. Toutefois, lorsque l’on examine les causes des 20 accidents mortels survenus sur le territoire de la RBC en 2020, on s’aperçoit que seuls 3 sur 20 seraient éventuellement dus à une vitesse non-adaptée ! Soit 15% des décès constatés. Les 85% restants, ont des causes bien éloignées de la vitesse (suicide, vélo sous un tram, suicide, manœuvre sur un parking, etc.). 

L’espoir de la Ministre fait fi de l’adage qui dit « Le risque zéro n’existe pas » !

  1. La lutte contre le réchauffement climatique. Madame Van den Brandt pense sincèrement qu’une diminution de la vitesse va abaisser la pollution, et surtout engendrer la diminution des émissions de CO2. Il faudrait d’abord qu’elle démontre que c’est principalement le CO2 qui est la cause du phénomène de réchauffement. Mais soit. On veut bien qu’elle en reste persuadée, car cela ne changera rien à notre analyse. Nous avons en effet démontré que les émissions de CO2 des voitures circulant dans la RBC étaient…inquantifiables. 

(voir sur https://www.mautodefense.org/nouvelles ). 

Par ailleurs, des journalistes spécialisés ont démontré à suffisance que rouler à 30km/h polluait davantage qu’à 50km/h : la consommation et le bruit sont plus élevés (les moteurs tournant plus rapidement) à cette faible vitesse.

En conclusion, les arguments présentés par Bruxelles-Mobilité sont facilement démontés, et ne justifient en rien l’imposition du 30km/h généralisé.

Mauto Défense souhaite démontrer que l’immense majorité des usagers de la route ont une toute autre opinion que celle que leur attribuent nos dirigeants.

C’est la raison pour laquelle, nous vous demandons, à vous aussi, de répondre à notre enquête. Elle sera accessible jusqu’au 15 mai à l’adresse : https://www.survio.com/survey/d/30kmhfr 

Nous comptons sur vous !

Lucien Beckers – Président de Mauto Défense ASBL.