Fiasco, un billet de L’Objecteur Médiatique

C’est l’histoire d’un tour de passe-passe sémantique consistant à faire passer un cinglant échec pour une victoire éclatante. Hormis le choix collectif d’actionner à l’infini la planche à billets de la BCE dont l’hélico va déverser sur les économies ruinées des centaines de milliards dont une bonne partie a été dépensée par avance dans l’urgence corona, le sommet européen de ces dernières heures, présenté comme une grande réussite, n’a en réalité rien réglé du tout.

La cacophonie n’a jamais été en réalité aussi grande entre les 27 états membres ne restant unis que par la grâce de compromis alambiqués qui font passer la mère Merkel pour Harry Potter alors que la chancelière est tout juste parvenue à éviter sur tous les fronts un cuisant fiasco. Migration, climat, état de droit, crise sanitaire, relance, tout est laissé pratiquement en l’état au grand mécontentement des uns et des autres alors que les médias aux ordres de Bruxelles nous parlent d’avancées décisives sur le chemin de la réunification.

En vérité, les divergences comme les sujets de méfiance et de discorde n’ont jamais été aussi grands entre partenaires à l’heure où le Royaume Uni s’apprête à tirer sa révérence, avec ou sans accord avec une Union toujours un peu plus fragilisée et inaudible.

Rule, Britannia !