Pour qui roule Vias?

2094
Vélo ; voiture. Pour qui roule Vias?
Vélo ; voiture. Pour qui roule Vias?

Tout le monde connaissait l’IBSR, l’ancien Institut Belge pour la Sécurité Routière devenu Vias dans une opération de lifting que l’association s’est offerte, en 2017, pour son trentième anniversaire. Indépendant, l’organisme est géré par un conseil d’administration où l’on retrouve principalement des acteurs clés du secteur automobile comme Jean-Paul Renaux de la Febiac ou Eric Maeyens, directeur général du RACB, mais aussi l’élu MR Christophe Leurident.

S’il faut louer la volonté d’indépendance de Vias, on est tout de même en droit de s’interroger sur un possible excès de zèle lorsque cette association hurle avec les loups verts de l’écologie punitive anti-voiture. Or ceci semble bien être le cas à la lecture de ce sondage organisé par Vias, particulièrement interpellant par l’étrangeté de son résultat qui conclut par l’adhésion massive de la population dans les mesures qui limitent la mobilité des voitures en faveur de celle des vélos. Les automobilistes n’attendent pas de Vias qu’il fasse du lobbying pro voiture. De là à ce qu’il mette ses 7 millions de subsides annuels pour enterrer cette dernière, il y a une marge qui pose question à quelques dizaines de milliers d’automobilistes. 

B-Mag s’est penché à de nombreuses reprises sur cette chasse éhontée à la voiture lancée par les autorités bruxelloises dans la foulée d’une croisade verte portée par les instances européennes. Aujourd’hui, nous choisissons de publier in extenso le communiqué de presse de l’association tout aussi indépendante Mauto-Défense qui s’interroge sur la méthodologie et les objectifs de l’enquête menée par Vias qui aboutit à justifier les mesures anti-voitures par des scores staliniens.

Communiqué de Presse du 11-01-2021 – 12 :00

Dans un « sondage », VIAS stigmatise à nouveau les automobilistes ! Mauto Défense* réagit.

L’ASBL Mauto Défense* s’élève avec vigueur contre la dernière communication de l’association VIAS, au travers d’un « sondage » réalisé en décembre 2020. Ce dernier arriverait à la conclusion que 2 Belges sur 3 auraient « une opinion favorable sur les nouveaux aménagements destinés aux piétons et aux cyclistes, AU DETRIMENT DE LA VOITURE. » (Sic).

Une fois de plus nous constatons que VIAS (organisme largement subsidié) n’hésite pas à stigmatiser les automobilistes, alors qu’elle est supposée les aider et les soutenir.

On s’en rend compte en parcourant le document :

  • Les détails de ce « sondage » (échantillonnage, marge d’erreur…) ne font pas partie de la publication. Parler en pourcentages est dès lors particulièrement suspect.
  • On peut y lire qu’environ 60% des usagers constatent qu’ils ont rencontré moins d’embouteillages, alors que tout le monde sait parfaitement que depuis le début de la crise sanitaire et à cause d’elle, on a constaté une très importante diminution du trafic dans toutes les grandes villes d’Europe. Les confinements successifs et le télétravail en sont les raisons majeures. On connaissait donc la réponse à la question avant même qu’elle ne soit posée !
  • En ce qui concerne l’opinion sur les aménagements, la communication de VIAS est encore plus suspecte, car outre les références manquantes – qui devraient pourtant accompagner ce genre de sondage – ici, même les questions précises posées ne sont pas publiées !
  • 20% des usagers prétendraient que le plus grand inconvénient de la crise du Covid sur la mobilité serait « Trop de monde sur les pistes cyclables et les trottoirs ». Tout un chacun a pu constater de visu l’absurdité de cette affirmation : très peu de badauds en centre-ville, et des pistes cyclables désertiques.
  • Pour 18% le plus gros inconvénient viendrait de « l’agressivité des autres (?) usagers ». Cette agressivité serait due principalement à « une vitesse excessive ». Nous supposons une fois encore qu’ici on parle insidieusement des automobilistes, à moins que des vélos aient été contrôlés en excès de vitesse… Simple supposition ! Par ailleurs VIAS précise qu’il s’agit de dépassements de la vitesse autorisée de plus de 50km/h ! Donc si une augmentation est possible, cela ne concerne malgré tout qu’un nombre infime d’usagers !

Mauto Défense* dénonce donc une nouvelle fois ces « pseudos-sondages » publiés à répétition, et toujours aussi peu crédibles. Les questions apparaissent perpétuellement orientées dans le même sens, et les résultats sont interprétés pour servir un seul objectif : ternir l’image de l’automobile et des automobilistes et porter les autres vecteurs de la mobilité aux nues.

*Mauto Défense © ASBL défend les automobilistes et les motards, et gère le groupe Facebook « L’Automobiliste en a marre » (33.500 membres).

Contact : Lucien Beckers – mautodefense@gmail.com