Le billet de L’Objecteur Médiatique: Saturation

894
Photo de Sunyu Kim provenant de Pexels contrôle de police

C’est l’histoire d’une fatigue lourde qui s’installe au sein de notre police, à ce point sollicitée qu’elle frise la saturation et appelle à son tour au secours.

Prises en tenaille entre les feux médiatiques de la bien-pensance qui l’attaque sur tout comme sur rien et les agressions conjuguées de la racaille et de l’extrême-gauche, nos forces de l’ordre voient avec une légitime appréhension revenir en force l’épidémie sanitaire qui va les renvoyer au front en plein été, au moment où de nombreux collègues sont partis en congé.

Les voilà aujourd’hui obligés à nouveau de gendarmer partout, en rue, dans les bars, dans les restos, dans les espaces publics comme dans les lieux privés pour veiller au respect des règles sanitaires changeant d’une heure et d’un endroit à l’autre. Pour la hiérarchie comme pour les subordonnés, cette nouvelle mobilisation s’assimile à un véritable casse-tête dont la moindre erreur prendra pour leurs hommes sur le terrain une dimension démesurée au risque d’engendrer pour eux et leur famille des conséquences dramatiques. Entre énervement des uns et provocations des autres se trouveront tous les récalcitrants refusant au nom de leur liberté d’appliquer les gestes barrières et de porter le masque.

Pas plus tard qu’hier, à Roulers, un incident est survenu entre un policier et un « jeune » qui se soustrayait volontairement à l’obligation de se protéger la bouche tout en manifestant à l’égard de l’autorité un comportement outrancier. N’ayant eu d’autre recours que d’utiliser la force pour calmer les ardeurs du rebelle, l’agent s’est aussitôt retrouvé, bien malgré lui, emporté dans le malström infamant des réseaux sociaux et de la presse toujours friande de récupérer l’événement pour casser du sucre sur le dos des flics. Alors que la Belgique n’en est qu’aux premières vaguelettes du rebond attendu par les experts, le pire est à craindre pour la maréchaussée contrainte bien malgré elle à sévir dans un état de plus en plus policier.

Alors, apportons lui massivement notre aide en mettant tout en œuvre pour tuer dans l’œuf cette hypothétique seconde vague. Se plier aux recommandations des autorités durant les semaines à venir est le meilleur service qu’on puise rendre à notre police comme à nos services hospitaliers qui se passeraient volontiers d’un prochain concert d’applaudissements saluant leur courage, leur dévouement et, surtout, leur sacrifice.


#Jesoutienslapolice

L’Objecteur Médiatique