ELECTRICITE: votre kWh, vous le préférez à 0,25€ ou 0,55€?

389
Centrale électrique
Centrale électrique, Image par Achim Scholty de Pixabay

Nos élus nous conduisent nos factures d’électricité dramatiquement à la hausse. Nous ne sommes pas encore sortis du nucléaire et le prix de l’électricité augmente !

L’électricité est une énergie qui se négocie en fonction du coût d’autres énergies. Le gaz est une source importante d’énergie pour diverses utilisations mais aussi pour la production d’électricité.

Les marchés asiatiques sont fortement demandeurs de gaz ; le marché est international ; moins de gaz liquéfié est présenté sur nos marchés ; cela pèse sur notre électricité.

Bien sûr il y a la Russie, mais les russes ne nous feront pas de cadeaux et ils auront la main mise sur les vannes d’alimentations vers l’Europe via le Turkish Stream,  l’Ukraine ou les Nord stream I ou II ; ces deux derniers passant par un hub en Allemagne qui ne sera pas la dernière servie !

Bien sûr il y a aussi les « renouvelables » mais aux prix garantis par l’état de 70 à 150 €/MWh (7 c€- 15 c€/kWh) sans compter les raccordements au réseau et son renforcement. Heureusement ces MWh ne comptent encore que pour 28% dans le mix électrique de 2020 (CREG rapport 2020).

En 2020, le prix de votre facture d’électricité était de 25 c€/kWh, tout compris ; production, transport, distribution, taxes. Le prix moyen du gaz en Europe en 2020 a varié entre 10 et 15 €/MWh (CREG rapport 2020) ; le gaz intervient pour 33% dans notre mix électrique.

La semaine passée, pour une livraison mi-septembre 2021, le Pakistan a acheté du gaz sur le marché international au prix de 73,04 €/MWh pour le gaz ex Qatar et 51.73 €/MWh pour le gaz Ex-Vitol. 

Après combustion en centrale, environ 35% de l’énergie brute du gaz est convertie en électricité, en cycle combiné (récupération de chaleur) cela atteint 42%. 

Aux prix actuels du marché, en ajoutant les autres coûts de production, le prix de mise sur le réseau du MWh gaz serait supérieur à celui garanti par l’état pour l’éolien et les panneaux voltaïques. Dans le cas du remplacement des centrales nucléaires par des centrales au gaz ; les compensations (CRM) envisagées devraient être telles que le prix du MWh gaz mis sur le marché soit garanti au moins à hauteur des prix garantis pour les renouvelables.  

Aux prix actuels du marché, avec 35% de rendement, le coût du gaz seul dans le kWh électrique passerait de 2.8-4.3 €/kWhe en 2020 à 14.7-20.8 €/kWhe

Sans nucléaire, toutes choses restant égales par ailleurs, ce qui est improbable, rien que l’augmentation du prix actuel du gaz naturel fait passer le kWh de votre facture de 2020 de 25 c€/kWh à 40 – 55 c€/kWh ; soit de 160 à 220 % de plus qu’en 2020. La prise en compte d’autres facteurs prédit plus de 500% d’augmentation.

Si les prix actuels de notre électricité restent encore abordables c’est grâce à la disponibilité de kWh nucléaires qui peuvent tempérer le marché en assurant 50% de nos besoins (bien que 70% soient possibles avec nos 7 réacteurs). 

Rappelons le rapport de AIE : en cycle de vie complet le prolongement de nos centrales produirait un MWh à 33 € et les nouvelles centrales, s’il en était construites, se situeraient à 50 €/MWh. Bien moins cher que les renouvelables si l’on tient compte de tout. 

Pourquoi supprimer une source bas carbone, le nucléaire (12 grCO2/kWh), par une source gaz à forte teneur (490 grCO2/kWh) ?

Quand aurons-nous, enfin, une approche sensée pour limiter nos émissions de CO2 tout en gardant un contrôle sur notre production d’électricité par laquelle passera la transformation de nos autres consommations d’énergies primaires? 

Ph Cauwe