Code la nationalité: vers un droit du sang hors-sol

476
Code de la nationalité: vers un droit du sang hors-sol
Code de la nationalité: vers un droit du sang hors-sol

Pendant que ça bataille ferme devant les caméras au sujet du Coronavirus, le législateur ne chôme pas. Le socialiste André Flahaut, ancien ministre de la Défense – poste qu’il a tenu huit ans – grâce à qui l’armée belge tient sa troupe d’élite intersectionnelle, avait déposé en janvier dernier sa proposition de loi sur la simplification du Code de la nationalité concernant la communauté des belges vivant à l’étranger. Hier, dans une indifférence quasi-générale, la Chambre s’est penchée sur le texte dont voici le résumé: 


Actuellement, l’enfant né à l’étranger, d’un auteur belge qui n’est pas né en Belgique, ne devient pas automatiquement belge ; dans ce cas, des conditions et des formalités sont imposées pour l’acquisition ou la conservation de la nationalité belge. La proposition de loi vise à supprimer ces formalités et ces conditions. La proposition de loi supprime ainsi, notamment, l’obligation de déclaration attributive de nationalité dans les cinq ans de la naissance de l’enfant né à l’étranger d’un auteur belge qui n’est pas né en Belgique, ce qui a pour effet d’alléger les formalités administratives à charge des Belges vivant à l’étranger. Le but est de renforcer la sécurité juridique des familles concernées en ce qui concerne l’attribution et la conservation de la nationalité belge.

En somme, grâce à cette grande avancée socialiste, la Belgique pourra offrir la nationalité à la descendance de n’importe quel bi-national qui ne sait peut-être même pas que la Belgique existe, et dont le parent belge ne se sera même pas donné la peine de signaler l’existence. 


Même si cette mesure ne devrait pas, a priori, infléchir de façon significative la pyramide des âges en Belgique, elle contribuera à brader encore un peu plus la nationalité belge. Celle-ci sera désormais disponible même pour ceux qui jugent le minimum syndical trop fastidieux.  


Les événements qui viennent de se dérouler à  Droixhe nous ont montré combien ce type de profils manquait à notre pays. Remercions l’arrière-garde socialiste de veiller à l’organisation d’un droit du sang totalement hors-sol.


T.H.