Capitole: comment capitaliser sur le mensonge?

268
La prise du Capitole
Photo de Kendall Hoopes provenant de Pexels, La prise du Capitole

Concussion, un billet de L’Objecteur Médiatique

C’est l’histoire d’une falsification journalistique qui, devenue à ce point récurrente, s’assimile désormais à une forme gravissime de concussion. A force de vouloir plaire – ou ne pas déplaire – à leur public majoritairement bien-pensant, nos médias mainstream se dédouanent maintenant en permanence de la vérité pour livrer en pâture à leur clientèle moutonnière la nouvelle qu’elle veut entendre.

Ce soir, dans son JT de 19 heures, RTL a une fois encore excellé dans cette forme d’escroquerie intellectuelle consistant, quand un événement est soulevé par un vent contraire, à livrer une version très parcellaire et orientée d’une information. C’est ce qu’on appelle une fake news, terme approprié pour dénoncer, comme l’a fait très justement Trump pendant 4 ans, la perversité d’une presse ayant définitivement renoncé à sa vocation comme à ses vertus cardinales.Or donc, la chaîne concurrente de la RTBF, gangrenée comme sa consoeur par le même aveuglement idéologique, a-t-elle assuré le service minimum en évoquant l’affaire du Capitole où, vendredi, un individu, couteau au clair, a foncé avec son véhicule sur les forces de l’ordre, tuant au passage un policier et en blessant gravement un autre avant de succomber à son tour à son forfait.

Vingt-quatre heures plus tard, alors que l’identité du criminel tourne en boucle sur toutes les chaînes américaines, RTL s’avère toujours incapable d’expliquer à ses téléspectateurs que l’auteur des faits se nomme Noah Green, qu’il est noir, originaire de l’Indiana et se revendique de… “Nations of Islam”, une organisation hautement antisémite élevant Adolf Hitler au rang de héros et comparant les juifs à des termites.

Tudieu, en voilà un de profil bien embarrassant pour les médias gauchisants qui, à l’image de MSNBC ayant aussitôt titré sur un suspect “white”, escomptaient bien associer une nouvelle fois les suprémacistes blancs à cette odieuse attaque comme ils l’avaient fait pendant des semaines à l’occasion des débordements du Capitole qu’ils n’avaient pas hésité à assimiler à une nouvelle nuit de cristal, à un coup d’état sanglant, à une insurrection armée n’ayant au final pas fait plus de mort, dans les rangs policiers, que l’attaque de ce vendredi.Espérant sensibiliser coûte que coûte l’opinion, l’hémiplégique de service, ce soir, sur RTL a ajouté, lisant stupidement la dépêche de l’Agence Fake Presse, que le président Biden s’était dit “dévasté” par cet acte solitaire.

C’est exact: Biden est tellement lâche, lui aussi, qu’il s’est empressé de geindre en passant surtout sous silence le pedigree de ce meurtrier en puissance. Imaginez une seconde ce qu’on eût vu, lu et entendu si, à la place d’un assaillant noir, extrémiste et islamiste, le crime de Washington eût été perpétré par un Proud boy, blanc et sympathisant de Trump.

Bonsoir, les ami(e)s!