BITCOIN : derrière les chiffres et les fantasmes, quelle valeur?

881

S’il y a bien un sujet qui anime forums et réseaux sociaux, c’est Bitcoin et les crypto-monnaies, tant parmi les financiers que les informaticiens. Il faut dire que les variations de prix ne sont pas de tout repos pour l’investisseur lambda. Entre peurs et passions, quelle réalité se cache derrière les chiffres et les fantasmes que génèrent ces nouvelles monnaies?

White paper

Les origines de Bitcoin sont assez floues, particulièrement quant à son ou ses créateurs. Il y a bien sûr le sémillant Satoshi Nakamoto. Mais ce dernier en a rejeté la paternité. Quoi qu’il en soit, on peut toutefois dater la naissance de Bitcoin avec une assez grande précision, la publication de son « white paper » datant de 2008. La traduction française est ici.

N’étant ni geek ni informaticien, il m’a fallu un peu de temps pour me familiariser avec le concept. Ce qui d’emblée m’a frappé, c’est le fonctionnement général de la Blockchain et son processus de création d’unités de Bitcoin. Certains ne voient pas en Bitcoin une monnaie, le terme « création monétaire » est donc peut-être exagéré. L’algorithme tend à répliquer le processus d’extraction des métaux précieux en intégrant dans le concept de « mining » (minage au sens d’utilisation de la capacité d’un ordinateur, aujourd’hui des réseaux entiers) ainsi que la loi des rendements décroissants. Plus vous désirez produire (miner) du Bitcoin, plus vous devez utiliser de la « capacité machine ». Des fermes entières (« mining farms ») sont aujourd’hui dédicacées à cette activité, ce qui soulève à raison des questions et des critiques au vu de la consommation énergétique nécessaire.

Déjà en 1976

Quoi qu’il en soit, Bitcoin et la Blockchain sont très probablement le produit de la rencontre entre deux mondes : l’informatique et l’Ecole Autrichienne d’Economie. D’ailleurs, dans un petit livre mémorable paru en 1976, ce qui lui a valu rires et quolibets à l’époque, le prix Nobel autrichien F. A. Hayek avait déjà anticipé la naissance d’une monnaie privée, créée et gérée par des ordinateurs. Je vous conseille la 2e édition enrichie de 1978.

La monnaie

Mais qu’est-ce qu’une monnaie ?

C’est un moyen d’échange, une unité de compte et un instrument de réserve de valeur.

Si Bitcoin sert de plus en plus à des échanges de nos jours, cela reste très marginal et il est encore trop tôt pour cocher cette case car les unités de Bitcoin sont fortement accumulées. On peut aussi me rétorquer que cela confirme le statut de bonne monnaie selon la Loi de Gresham, ce qui n’est pas faux.

Le statut d’unité de compte n’est pas encore atteint car personne ne fait ses comptes ou ne tire son bilan officiellement en Bitcoin à ce jour, bien que l’exercice soit possible au plan comptable. Néanmoins, un bilan libellé en Bitcoins ne pourra pas être déposé à la centrale des bilans et les administrations fiscales ne l’accepteront pas non plus à ce jour.

Enfin, probablement le point le plus controversé ici : la réserve de valeur. Certains nieront à Bitcoin ce statut au regard des fortes variations de prix (parfois 20% sur la même journée !). S’il est indéniable que Bitcoin n’est pas un investissement pour les profils défensifs et conservateurs, lui nier toute capacité à générer de la valeur dans le temps est archi-faux. J’en veux pour preuve que son prix est passé de 1 cent de dollar en 2009 à plus de 23 000 dollars à ce jour, soit près de 13 ans après sa création. Bitcoin est le meilleur investissement de la décennie 2010 également (ceci n’est pas une recommandation).

Ceci étant dit, au plan monétaire, gardons à l’esprit que son historique de prix et de valeur est encore beaucoup trop jeune pour pouvoir accorder une quelconque statut monétaire à Bitcoin à ce jour alors que l’or et l’argent peuvent se targuer d’un historique d’environ cinq mille ans. L’avenir nous le dira. Le débat fait donc toujours rage, mais le sujet est passionnant.

Photo de Roger Brown provenant de Pexels, Le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies.

Bitcoin contre les monnaie fiduciaires

Par-dessus tout, ce qui rend Bitcoin intéressant (ou irritant, c’est selon), c’est qu’il échappe au contrôle des dirigeants politiques (Bitcoin est interdit en Chine mais cela n’empêche pas les Chinois d’en acheter et échanger de manière détournée) et des banquiers centraux. Ces derniers voient d’ailleurs en Bitcoin et d’autres cryptos une grande menace. Vu l’orgie monétaire déployée par les banques centrales sur les treize dernières années, depuis la crise des supbrimes en fait, les monnaies fiduciaires n’en finissent plus de couler, dépréciant ainsi le pouvoir d’achat des salariés et des petits épargnants.

Bitcoin, par sa caractéristique déflationniste intrinsèque, se profile dès lors comme un sérieux concurrent. En effet, le nombre maximum d’unités est fixé à 21 millions et son processus de création est de plus en plus laborieux. Cela signifie qu’à croissance constante de biens et de services, le taux de croissance d’unités de Bitcoins sera toujours en moyenne inférieur et tendra vers un optimum. Le pouvoir d’achat de Bitcoin ne peut donc que se renchérir à terme, contrant ainsi l’effet Cantillon induit par les banques centrales, ce qui irrite fortement ces dernières ainsi que les pontes du Fonds Monétaire international.

Prudence de mise

En conclusion, Bitcoin est un sujet passionnant qui n’a pas fini de nous révéler toute sa nature tant cette invention est encore récente et disruptive. Je n’émets ici aucun conseil de vente ou d’achat, mais je vous invite à vous familiariser avec l’instrument avant de vous lancer dans la moindre opération. J’ai sélectionné pour vous cinq plateformes recommandées par les internautes. J’en utilise d’ailleurs une des cinq à titre personnel en tant que client. Je ne suis toutefois sponsorisé ou rémunéré en aucune manière par ces plateformes.

Si vous décidez de vous lancer, je vous conseille néanmoins d’essayer une démo avec une somme de départ fictive. Vous pourrez ainsi observer les variations et l’évolution du prix en fonction des événements. La prudence est de mise. Elle est d’ailleurs la mère de la sûreté.

https://www.kraken.com/

https://www.coinbase.com/

https://www.kucoin.com/

https://www.okcoin.com/

https://coin24.fr/

Jules Alove